Skills Lab: Ouverture d’un laboratoire de compétences dans une école de médecine

Deux ans après son ouverture, l’école de médecine de Brandebourg entre dans sa deuxième phase. Les 46 premiers étudiants emménagent dans un nouveau bâtiment d’enseignement à Brandebourg/Havel. Beaucoup de haute technologie y attend les futurs médecins.

Ecole de médecine : 46 étudiants s’installent dans le Skills Lab

“De nombreux Brandebourgeois se réjouissent déjà de visiter leur ancienne école”, déclare le professeur Wilfried Pommerien, en montrant fièrement le nouveau bâtiment d’enseignement de l’école de médecine du Brandebourg “Theodor Fontane” (MHB). Dimanche prochain, c’est la journée portes ouvertes dans l’ancienne école Nicolai de Brandenburg/Havel, fraîchement rénovée. Lundi, les 46 premiers étudiants en médecine emménageront dans leur nouveau bâtiment d’enseignement comprenant des salles de séminaire, une salle de conférence et une salle de formation aux opérations simulées sur 1400 mètres carrés répartis sur trois étages. “C’est ici que les médecins de demain étudient”, annonce une grande banderole sur la façade du bâtiment de la Gründerzeit.

Les quatre premiers semestres ont été passés sur le nouveau campus du MHB à Neuruppin (Ostprignitz-Ruppin). Ils y ont appris les bases théoriques et ont fait leurs premiers exercices pratiques, également avec des patients dans des cabinets de médecins généralistes. Au cours des six prochains semestres, l’accent sera de plus en plus mis sur des exercices pratiques d’examen et de techniques chirurgicales ; avec des poupées et des modèles de parties du corps améliorés numériquement.

Beaucoup de matière à pratiquer

Sur les étagères du numéro central au rez-de-chaussée se trouvent des crânes en plastique, une articulation du genou et la poupée de simulation “Little Anna”. “Les étudiants peuvent s’y entraîner à la réanimation”, explique M. Pommerien. Il existe, également, une poupée avec cordon ombilical et placenta pour pratiquer l’obstétrique.

Deux torses avec des têtes en plastique servent de modèles de simulation pour l’écoute du cœur, des poumons et du haut du corps. “Les étudiants peuvent y régler différents niveaux de difficulté, et il existe, également, des réglages pour les patients obèses ou maigres”, explique M. Pommerien. “Surtout, ils peuvent répéter l’écoute encore et encore pour être sûrs.” Les 20 000 euros chacun pour l’acquisition des deux patients numériques ont été collectés par la Bürgerstiftung Brandenburg an der Havel.

Les étudiants peuvent essayer des techniques chirurgicales

La grande salle de conférence est située au deuxième étage, et il y a, également, deux salles de séminaire plus petites. À l’avenir, les séminaires seront, également, transférés dans six hôpitaux universitaires à travers le pays, dans lesquels les étudiants seront transférés à partir du huitième semestre. Le premier étage abritera le centre de formation “Skills Lab” avec deux salles d’opération. “Les étudiants y pratiqueront des techniques chirurgicales sur des modèles”, explique M. Pommerien.

L’université, qui a été fondée par cinq institutions municipales et à but non lucratif, dépend des dons des entreprises et des fondations en plus des frais d’inscription qui s’élèvent à 115 000 euros par lieu d’étude, explique Gabriele Wolters, directrice générale de l’hôpital municipal de Brandebourg. L’ancienne école Nicolai a été rénovée par un investisseur et est louée à l’hôpital et au MHB pour 25 ans. 200 000 euros ont été nécessaires pour mettre en place le seul centre d’études, et des donateurs ont été trouvés pour une partie de celui-ci. Et l’argent pour une tour de simulation chirurgicale coûtant environ 100 000 euros doit être collecté au cours des deux prochaines années. D’ici là, on utilisera un prêt et une tour déclassée.

Fabian Schipmann, de Detmold, est l’un des premiers étudiants de Brandenburg/Havel. “La ville est à peu près aussi grande que ma ville natale, je me sentirai bien ici”, dit-il. À Neuruppin, la vie étudiante aurait dû se développer après le début il y a deux ans. “Il y avait des appartements vacants, mais les propriétaires ne voulaient pas louer aux étudiants au début”, explique la jeune femme de 26 ans. Sa camarade Wiebke Tschorr s’est, également, sentie étrange au début. “La boutique de kebab ferme à 22h et il n’y a pas de snacks nocturnes.”

Mais peu à peu, les propriétaires et les restaurateurs se sont adaptés aux étudiants en leur proposant des offres spéciales, rapportent les deux responsables. Dans le Brandebourg/Havel, Schipmann s’attend à moins de problèmes de dentition. “Il y a une université de sciences appliquées ici depuis longtemps”, se réjouit le jeune homme de 26 ans.

Le diplôme de fin d’études secondaires et ensuite ? Une semaine typique en tant qu’étudiant de l’AIS
Les missions d’une société d’infogérance informatique