Secteur médical : les avancées grâce à l’impression 3D

Les recherches concernant l’impression 3D ou tridimensionnelle ont débuté dans les années 1990. Cette technologie permet de grandes avancées dans de nombreux domaines (aéronautique, armée, architecture, alimentation,…) et notamment celui médical. Grâce à l’impression 3D, il est dorénavant possible de reproduire des tissus, des organes, mais aussi des prothèses.

Qu’est-ce que l’impression 3D ?

L’impression 3D médical, aussi appelé « fabrication additive », a été inventé par le Massachusetts Institute of Technology en 1990. À partir d’un logiciel informatique, des données sont entrées afin de créer un objet unique aux dimensions personnalisées. En fonction du patient, il est possible grâce à cette technique et à celle de l’imagerie médicale, de façonner un objet qui lui soit parfaitement adapté. Une fois la fabrication de l’objet lancé, une imprimante, par l’ajout successif de couches d’impression, crée l’objet demandé. L’encre est ici remplacée par du plastique, du titane, de la céramique, du métal. Un autre avantage majeur de l’impression 3D est son coût peu élevé. Cette technologie devrait être utilisée par les professionnels de la santé dans les années à venir.

Création de prothèses

L’impression 3D permet la création de prothèses sur-mesures qui s’adaptent parfaitement à la morphologie du patient. À la suite d’accidents divers, il arrive que l’amputation soit la seule solution envisager. Grâce à l’impression 3D, le membre perdu peut être reproduit à taille identique. À ce jour, des médecins ont déjà réussi à reproduire, à partir de pièces en titane et en résine, une vertèbre, l’os d’une mâchoire, et une partie du crâne. Couplé à la robotique, ce procédé pourrait permettre à certaines personnes de récupérer l’usage complet de leur membre. La chirurgie de l’appareil locomoteur, grâce à l’impression 3D, a fait des progrès surprenants, notamment dans la pose de hanche et de genoux.

Impression d’organes et de tissus

Avec l’impression 3D, il est également possible de reproduire à l’identique des organes. La liste des transplantations est rarement courte et cette technologie permettrait de sauver des vies supplémentaires. En Amérique, à l’hôpital de Louisville, des chirurgiens ont réussi à sauver un bébé ayant besoin d’un nouveau cœur. Des reproductions de cartilages, et même de vessies complètes ont aussi été créées et testées. En France, la bio-impression ou bio-printing, permet aussi de créer des répliques de tissus à partir de cellules vivantes. Cette technologie de greffes humaines n’est pas encore tout à fait au point, mais d’ici quelques années, elle pourrait l’être.

Agriculture biologique : quand les drones peuvent désormais pulvériser des pesticides
Les enjeux de la transformation numérique des entreprises